Cultiver pour se nourrir donne des résultats

Pedro Rodriguez 20 novembre 2014

Sénégal SOCODEVI
Le Sénégal, à l’instar de plusieurs autres pays africains, a été frappé par une grave crise alimentaire au cours des dernières années. Malgré son impressionnant potentiel agricole, la campagne sénégalaise peine à nourrir la population et le pays est devenu un important importateur de produits agricoles, à la merci des hausses des cours mondiaux.

Dans la filière rizicole, par exemple, tandis que la consommation augmente (50 % de la consommation des ménages en céréales), la production nationale répond à moins de 30 % de la demande. La réduction de cet écart et l’amélioration de la sécurité alimentaire au Sénégal constituent l’essence de la mission du projet «Bey Dunde».

«Bey Dunde» – cultiver pour se nourrir, en Wolof- est une initiative menée depuis 2010 par l’Alliance agricole internationale (AAI), organisation formée par le CECI, l’UPA DI et SOCODEVI. Le projet, soutenu financièrement par le ministère des Affaires étrangères du Commerce et Développement du Canada (MAECD), appuie plus de 8 000 producteurs et productrices de riz afin d’augmenter la production et d’accroître leurs revenus.

Quatre ans plus tard, les résultats du projet «Bey Dunde» sont plus que probants :

  • La production annuelle de riz a doublé entre 2009 et 2013 passant de 25 000 tonnes à 56 917 tonnes.
  • Un service d’achat groupé s’est développé en mettant des intrants à la disposition des agriculteurs et des agricultrices bénéficiaires.
  • Le renforcement des capacités d’une centaine de leaders de la Fédération des Périmètres Autogérés (FPA), principal partenaire du projet.
  • La mise sur pied d’un fonds de relance facilitant l’accès aux moyens de production et promouvant de nouveaux produits comme le crédit récolte et post-récolte ainsi que le financement de la prime d’assurance agricole, une innovation majeure au Sénégal.

Les résultats continueront de progresser pour un impact durable, tant en termes d’augmentation de production et de superficies emblavées, d’amélioration de la productivité, du renforcement de la structuration et de la professionnalisation des organisations de producteurs. La valorisation du riz national et le renforcement des capacités et des liens de commercialisation devront être un objet d’attention pour les prochaines étapes.

Cultiver pour se nourrir donne des résultats !

Partagez cette information!
    Webzine Socodevi - 2017 © Tous droits réservés